- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

View other editions

Les bactéries : un facteur négligé dans les pneumopathies interstitielles diffuses ?

Saviez-vous que vos poumons fourmillent de bactéries ? On pensait autrefois que les poumons étaient « stériles » (exempts de bactéries), mais on sait aujourd’hui que ces créatures microscopiques sont également présentes à la surface de nos voies respiratoires. Les chercheurs pensent même qu’elles pourraient jouer un rôle dans l’apparition des PID (pneumopathies interstitielles diffuses). Intéressons-nous donc de plus près à nos petits hôtes pour découvrir ce que nous savons d’eux !

On parle de symbiose : nous avons besoin des bactéries autant qu’elles ont besoin de nous

Pratiquement tout le corps humain est colonisé par des microorganismes. Pris dans leur ensemble, ces derniers constituent ce que l’on appelle le « microbiote » humain. Les microorganismes résident entre autres dans les poumons, où ils prennent le nom de microbiote, ou « microbiome », pulmonaire. Si l’idée d’être couvert de bactéries a quelque chose d’inquiétant, elles sont en réalité essentielles à notre santé. On parle de symbiose : nous avons besoin des bactéries autant qu’elles ont besoin de nous. Néanmoins, des altérations de la quantité ou de la composition du microbiome ont été pointées du doigt dans de nombreuses maladies, au nombre desquelles figurent désormais les PID. Des chercheurs de l’université du Michigan, aux États-Unis, ont observé que le microbiome des patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) (la plus étudiée des PID) est souvent modifié.  

bacteria-belungmagazine

Ils ont découvert une association entre la prédominance relative de bactéries particulières dans les poumons et la progression de la maladie et/ou les exacerbations aiguës. Un lien a par ailleurs été établi entre une charge bactérienne totale accrue et les PID. Ceci signifie-t-il que nous devons éradiquer un maximum de bactéries chez les patients souffrant de PID? Les chercheurs jugent cette solution un peu trop extrême. Le microbiome est dynamique et interagit avec le système immunitaire de l’hôte, d’une part, et avec l’environnement, d’autre part.

Il semble possible que la perturbation de cette relation habituellement symbiotique par certaines bactéries puisse provoquer une réponse immunitaire et déclencher ou exacerber une prédisposition aux PID. Inversement, des altérations du microbiome pourraient être le résultat d’un dérèglement immunitaire préexistant. À l’avenir, l’administration d’antibiotiques ou une immunisation contre des agents pathogènes pourraient être envisagées en tant que traitements adjuvants des PID. La détermination du rôle des bactéries pathogènes permettrait d’instaurer un traitement ciblé limitant leur effet fibrosant. La clarification du rôle du microbiome dans les PID pourrait en outre constituer une étape importante dans le traitement de cette maladie. Enfin, le microbiome pourrait faire office de biomarqueur et nous aider à comprendre les mécanismes à l’origine des PID. 

À l’avenir, l’administration d’antibiotiques ou une immunisation contre des agents pathogènes pourraient être envisagées en tant que traitements adjuvants des PID
Références bibliographiques :
Margaret L. Salisbury, MeiLan K. Han, Robert P. Dickson et Philip L. Molyneaux (2017). Microbiome in interstitial lung disease: from pathogenesis to treatment target. http://dx.doi.org/10.1097/MCP.0000000000000399.

 

disclaimer
BE/OFE-171214f 04/2018