- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

View other editions

La supplémentation en oxygène : une aide considérable pour les patients atteints de FPI durant l’exercice

Tout le monde le sait : l’activité physique est bonne pour la santé. Mais que faire si votre affection complique fortement la pratique sportive ? Heureusement, des chercheurs australiens ont obtenu des résultats prometteurs pour les patients souffrant de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) qui souhaitent rester aussi actifs que possible. Grâce à la supplémentation en oxygène, ils peuvent s’adonner plus facilement à l’activité physique.

supplemental-oxygen-belung-magazine

Lors de FPI, l’exercice peut être une arme à double tranchant. D’un côté, il améliore les symptômes de la maladie et la qualité de vie du patient. De l’autre, il peut accroître la production de radicaux libres. Ces substances jouent un rôle important dans un processus appelé « oxydation », c.-à-d. la perte d’électrons par une molécule, un atome ou un ion. L’oxydation peut être dangereuse pour l’organisme et l’existence préalable d’un taux plus élevé de radicaux libres nocifs est l’une des principales caractéristiques de la FPI. Certains chercheurs s’inquiètent de ce fait d’une aggravation potentielle des lésions musculaires liées au stress oxydatif provoqué par l’exercice chez les patients souffrant de FPI.

Supplémentation en oxygène prévenait l’apparition d’une carence en oxygène pendant les séances d’exercice

Pour éclaircir la question, des chercheurs australiens ont fourni de l’oxygène ou de l’air comprimé à onze patients atteints de FPI au repos et durant un test d’endurance sur vélo. Ils ont ainsi démontré une augmentation de la capacité physique pendant l’oxygénothérapie. Ils ont par ailleurs découvert que la supplémentation en oxygène prévenait l’apparition d’une carence en oxygène pendant les séances d’exercice et réduisait la dyspnée associée à l’activité physique.

Tous ces résultats sont de bonne augure : grâce à la supplémentation en oxygène, les patients peuvent pratiquer une activité physique plus efficacement et donc améliorer leur qualité de vie. Mais qu’en est-il de l’augmentation possible du taux de radicaux libres dangereux induite par l’exercice ? Encore une fois, les recherches sont encourageantes. Les scientifiques ont constaté qu’une supplémentation en oxygène pendant l’exercice diminuait le taux sanguin d’une enzyme appelée « xanthine », qui génère des dérivés réactifs de l’oxygène endommageant l’organisme. La baisse du taux de xanthine pendant l’activité physique en cas de supplémentation en oxygène atténue par conséquent les lésions musculaires. 

Il semble donc que la supplémentation en oxygène puisse faire d’une pierre deux coups : en plus d’accroître les capacités physiques des patients souffrant de FPI, elle pourrait avoir un effet bénéfique sur les muscles.
Source :
Dowman LM, et al. Respirology. Juill. 2017, vol. 22 (n° 5), p. 957-964. doi : 10.1111/resp.13002.
 
 

disclaimer
BE/OFE-171214f 04/2018