- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

View other editions

L’un des principaux obstacles du traitement des PID peut être vaincu

"Chose bien commencée est à demi achevée ", dit le proverbe, et le traitement des PID (pneumopathies interstitielles diffuses) ne fait pas exception à la règle. La mise au point de nouvelles options thérapeutiques a rendu plus important encore le diagnostic précoce de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), l’une des formes les plus courantes de PID. Des chercheurs finlandais ont analysé des lettres d’envoi pour déterminer après combien de temps les patients atteints de FPI sont orientés vers les soins tertiaires. Les résultats indiquent que d’importantes mesures peuvent être prises pour raccourcir le délai entre l’apparition des symptômes et la référence vers un spécialiste. 

early-diagnosis-belung-magazine

Les chercheurs affirment que jamais auparavant les pratiques d'orientation des patients atteints de FPI vers les soins tertiaires n’avaient été évaluées à l’aide des lettres d’envoi. L'orientation vers les soins tertiaires est essentiel, parce qu’un accès tardif à ce type de soins s’accompagne d’une mortalité plus élevée, indépendamment de la gravité de la maladie. Les chercheurs ont analysé 95 lettres d’envoi rédigées pour des patients finlandais souffrant de FPI. Plus de la moitié des lettres provenaient de médecins de soins primaires. Si ceux-ci semblent donc tout à fait capables de déceler des PID potentielles, leurs lettres d’envoi présentaient des lacunes récurrentes.

Les médecins traitants oubliaient en outre souvent de fournir des informations sur les antécédents professionnels

Les chercheurs pointent entre autres le contenu souvent incomplet de l’anamnèse. Les antécédents de tabagisme manquaient dans 58 % des cas, alors qu’il s’agit de l’une des principales causes des maladies pulmonaires chroniques. Les médecins traitants oubliaient en outre souvent de fournir des informations sur les antécédents professionnels et une évaluation des expositions durant la vie active. Les chercheurs pensent que cette omission des antécédents professionnels pourrait s’expliquer par l’âge avancé des patients. Il convient toutefois de garder à l’esprit que certaines expositions, comme celle à l’amiante, n’entraînent des conséquences négatives sur la santé qu’après un long délai.

Donner davantage d’information sur les PID aux généralistes pourrait raccourcir le délai entre l’apparition des symptômes et l'orientation

Le temps moyen entre l’apparition des symptômes et l’aiguillage était de 1,5 an, ce qui est relativement court pour les PID: selon d’autres études, le diagnostic est posé en moyenne 2,2 ans après les premiers symptômes. Les chercheurs estiment cependant que le temps avant aiguillage peut être raccourci et la qualité des lettres d’envoi améliorée. Ils conseillent pour ce faire de fournir des informations sur les PID tant aux médecins qu’aux patients. D’un côté, donner davantage d’information sur les PID aux généralistes pourrait raccourcir le délai entre l’apparition des symptômes et l’aiguillage. De l’autre, les chercheurs affirment que ce délai pourrait également être réduit en mettant à la disposition du grand public des renseignements plus accessibles sur les PID. L’espoir est que la combinaison de ce type de mesures permettra de surmonter cet énorme obstacle du traitement des PID. 

Source :
Minna Purokivi, Ulla Hodgson, Marjukka Myllärniemi, Eija-Riitta Salomaa, Riitta Kaarteenaho. Are physicians in primary health care able to recognize pulmonary fibrosis? European Clinical Respiratory Journal. 2017, vol. 4 (n° 1), 1290339. DOI : 10.1080/20018525.2017.1290339
 
 

disclaimer
BE/OFE-171214f 04/2018